Groupe de recherche

Phragmites

Recherche

Le groupe PHRAGMITES effectue des recherches dans cinq domaines : la dissémination du roseau envahisseur, l’impact du roseau sur la biodiversité, l’impact des changements climatiques sur le roseau, le contrôle des populations de roseau et, enfin, l’usage du roseau dans les marais filtrants. On trouvera dans deux articles de vulgarisation (en français), l’un sur l’origine des invasions de roseau et l’autre sur les conséquences et les moyens d’y faire face, un aperçu de l’ensemble des recherches du groupe. Dans les sections ci-dessous, les recherches effectuées ou en cours sont brièvement présentées.

biodiversite

Populations de roseau en pleine expansion en bordure d’un cours d’eau (photographie : J. Brisson).

 

1) DISSÉMINATION DU ROSEAU

Le roseau se dissémine à la fois grâce à ses graines, balayées par le vent et l’eau, et grâce à des fragments de tiges et de rhizomes qui sont souvent transportés d’un endroit à un autre par l’eau ou par la machinerie lourde lors de travaux d’excavation du sol. Depuis plusieurs années, le groupe PHRAGMITES s’intéresse aux processus qui font en sorte que la plante puisse se disséminer rapidement sur de grands pans de territoire. Le groupe effectue des travaux sur la viabilité des graines et sur les caractéristiques des marais, du réseau routier ou des lacs qui favorisent la germination de ces graines. On trouvera dans la section Publications plusieurs exemples de ces travaux, dont les plus significatifs sont ceux issus des recherches dirigées par François Belzile, Sylvie de Blois et Claude Lavoie (cliquer sur les noms pour consulter ces exemples).

Deux biologistes examinant le résultat d’une pêche expérimentale dans une population de roseau (photographie : C. Lavoie).

 

2) IMPACTS DU ROSEAU SUR LA BIODIVERSITÉ

Le roseau forme des populations très denses au sein desquels la diversité végétale est extrêmement pauvre. Il est possible aussi que le roseau ait, dans les marais, des impacts négatifs sur les populations de poissons, d’amphibiens et d’oiseaux qui utilisent les milieux humides pour se nourrir et se reproduire. Le groupe PHRAGMITES a effectué plusieurs travaux d’envergure sur la faune ces dernières années. On en trouvera des exemples dans la section Publications, effectués grâce à la collaboration de chercheurs comme Pierre Dumont et Daniel Hatin (poissons), Marc Mazerolle (amphibiens) et Gilles Gauthier (oiseaux; cliquer sur les noms pour consulter ces exemples).

Rive asséchée d’un lac propice à l’expansion du roseau par graines (photographie : C. Lavoie)

 

3) IMPACTS DES CHANGEMENTS CLIMATIQUES SUR LE ROSEAU

Le roseau est une plante qui produit ses graines à la fin de l’été et au début de l’automne. Ces graines sont donc exposées aux premiers gels automnaux, ce qui peut nuire à leur viabilité. Si le climat se réchauffe et la saison de croissance s’allonge, les graines auront davantage de temps pour parvenir à maturité, ce qui augmentera d’autant le potentiel envahisseur de la plante. Aussi, le réchauffement du climat risque d’avoir un effet à la baisse sur le niveau d’eau du fleuve Saint-Laurent, exondant des sols argileux propices à la germination des graines. Il est donc à craindre que les populations de roseau prennent beaucoup d’expansion dans les prochaines années à la faveur d’un climat plus chaud et sec. On trouvera dans la section Publications deux exemples de ces travaux issus des recherches dirigées par Sylvie de Blois et Claude Lavoie et Jean Morin (cliquer sur les noms pour consulter ces exemples). 

Expérience d’éradication et de contrôle du roseau au parc national des Îles-de-Boucherville (photographie : C. Lavoie).

 

4) CONTRÔLE DU ROSEAU

Éradiquer une population de roseau ou ne serait-ce qu’en contrôler l’expansion est une tâche très difficile, particulièrement au Québec où l’usage d’herbicide est proscrit en milieu humide. Le groupe PHRAGMITES concentre donc ses efforts sur la prévention des invasions, notamment par l’élimination des lits de germination de graines en bordure des routes ou dans les champs en friche. L’équipe fait particulièrement usage de végétaux arbustifs compétiteurs (saules, aulnes) pour étouffer les plantules de roseau dès leur première année de vie. Des tests à grande échelle ont été effectués dans des marais, en bordure de certaines autoroutes ou dans des champs en friche. L’équipe de Jacques Brisson, épaulée par son assistant Patrick Boivin, effectuent la plupart des travaux en la matière que l’on pourra consulter (cliquer sur les noms pour voir ces exemples) dans la section Publications.

Expérience de traitement d’eaux usées par le roseau (photographie : M. Rodriguez).

 

5) MARAIS FILTRANTS

Le roseau est une plante envahissante, mais elle a aussi un formidable pouvoir épurateur des eaux usées qui peut être mis à profit. Les recherches du groupe PHRAGMITES n’ont pas pour objet de promouvoir l’usage du roseau dans les marais filtrants, mais plutôt de trouver, à l’aide d’études comparatives, d’autres plantes ou combinaisons de plantes pouvant constituer des alternatives valables au roseau dans les systèmes de filtration. Les travaux sur le sujet sont tous effectués sous la supervision de Jacques Brisson (cliquer sur le nom pour voir un exemple; d’autres sont disponibles dans la section Publications).

Actualités

Programmes d'études

La Faculté

© 2017 Groupe Phragmites Group - Tous droits réservés.
Responsable : Claude Lavoie claude.lavoie@esad.ulaval.ca